Jour J, 2h45 du matin….. Le réveil sonne…..

Le temps de s’habiller, de se mettre de la crème solaire et de prendre un petit déjeuner, nous voilà déjà en route vers la ligne de départ….. Pas trop d’ambiance à 3h30 : je vois les traileurs se concentrer en fixant dans le noir ce Brévent qui nous contemple du haut de ces 2500m !

Il faut partir vite car avec 1200 participants, ça va vite bouchonner …

4h00, Top départ : tout le monde court malgré la montée afin d’avoir une bonne place dans la montée. Je suis pas à pas mon coach de mari qui m’ouvre la voie ;-) !

depart

Je suis très bien placée dans l’ordre du cortège donc la montée se passe sans encombre, au rythme des musiciens de Bellachat : le lever de soleil sur le mont-blanc est magnifique ! 

brevent

Arrivée au Brévent en 2h35, nickel ! Je suis contente, ça me laisse une bonne avance sur les BH. 

sommet

Plus que 20min de descente dans la neige et les cailloux : je suis une descendeuse donc la partie de Pacman démarre ! Glop, glop, glop, 3 concurrents doublés, Glop, encore un… etc jusqu’au ravito de Planpraz. Un peu léger pour un ravito complet : ni les sucres, ni le saucisson ne me font envie, je continuerai avec mes gels (miam, miam).

Et hop, on repart en petites foulées avec le Mont-Blanc comme principal supporter ! Magnifique !

Passage en balcons avec quelques petits raidillons : les coureurs qui se sont faits prendre dans les bouchons du Brévent commencent à me doubler ….

Rien ne sert de courir…… Hé hé hé ! 

raidillon

Arrivée à La Flégère, toujours en avance sur mon planning : Yeah !

« Nous devons rationner l’eau, nous sommes bientôt en rupture » : Quoi ? En rupture ? Déjà? Ça va être chaud pour les suivants alors…..

On repart, la Tête aux Vents m’attend ! Je garde mon petit rythme régulier et je pars à la chasse aux mouflons : je n’en croiserai pas cette année mais le sommet arrive très rapidement ! Ouf !

2° séance de Pacman dans la descente : glop, glop, glop, 3 concurrents doublés, Glop, encore un, glop, glop… Je coupe un virage…. Et hop arrivée au Col des Montets ! 

montets

Pfiou, il fait super chaud…. Faut vraiment que je prenne bcp d’eau au Buet… D’ailleurs, quand est-ce qu’il arrive ce ravito du Buet ? Après un petit tour dans le village, nous remontons une petite colline pour attendre le ravito.

Même topo : « Nous devons rationner l’eau, nous sommes bientôt en rupture » ….

Je commence à voir bcp de traileurs redescendre de la montagne en abandonnant : peut-être la chaleur ou le manque d’eau ? Ha, la naïveté…..

20min de pause : j’en profite pour soigner une petite ampoule et je repars à l’attaque de ce 2° Brévent, le col des Corbeaux ! 1500m de D+ d’une traite ! Ça va tirer dans les jambes…

Le chemin démarre de manière bucolique au milieu des sapins… tranquille, sympa : si toute la montée est comme ça, elle va passer très rapidement et facilement !

Sauf que là, c’est bizarre, alors que nous sommes censés monter, nous passons les 2 premières heures à faire du faux-plat montant et descendant… Aucun dénivelé…… Les choses se compliquent, notamment pour les BH ! Tic, Tac, Tic, Tac…..

Plus les heures passent, plus nous croisons des abandons, plus le sommet s’éloigne : c’est un carnage ! Quand les traileurs n’abandonnent pas, ils restent prostrés sur les rochers. A force de pas et de courage (et grâce à mon mari, 1er supporter), les névés arrivent (et donc le sommet !)

 neve

 Heureusement, j’ai les bâtons : je double qq personnes en galère dans la neige … Ca glisse, ça glisse, ça glisse…

Yahooooooo ! Arrivée au Col des Corbeaux : c’est vraiment extraordinaire ! Rien que pour la vue, ça vaut le coup de ramer pendant plus de 4heures !

Un coureur profite de ce cadre magique pour faire sa demande en mariage : « Ca remonte le moral ! » Merci à vous 2 !

En cadeau, une petite photo de cet univers magique !

 corbeaux

Bon, le pb reste la BH……. Nous avons quand 6km de + et 300de D+  supplémentaires par rapport au profil et donc 1h45 de retard par rapport au planning : ça va être chaud….

La descente dans la neige se fera en glissade, luge improvisée : Quitte à se prendre la BH, autant se marrer !

Et hop, Pacman recommence (mais au ralenti) : je croise qq zombies malades durant la descente… Le ravito n’arrive pas, j’ai même l’impression qu’il a été annulé tellement il me semble loin ! 

passet

Ravito du Col du Passet (ouf !) :

Par hasard, on apprend que les BH de Vallorcine ont été repoussées. Il nous reste 45min pour l’atteindre : « c’est jouable, nous dit-on. Une petite montée et hop, c’est de la descente facile jusqu’en bas »

Allez, go ! On joue la barrière ! On l’aura cette arrivée à Chamonix !

Sauf que la « petite » montée se transforme en grande montée d’une heure, tantôt en kind of Via Ferrata, tantôt en balcons…. La BH s’annonce compliquée….

Pas grave, on finit la descente tranquillement en profitant du paysage, des vaches et des mouflons.

Et du coup, chose promise, chose due :

Vallorcine arrive après 50km, 4000D+ et 14h de course, trop tard pour la BH !

Déçue de ne pas être arrivée au bout mais fière d’être arrivée jusque-là et surtout heureuse de ces paysages magnifiques !

Allez, comme je disais à mon mari il y a un an : « l’année prochaine, on finit ! »

pacman